Micheville – Gestion des déchets

Le site de Micheville, fait actuellement l’objet de réflexions, d’études et de travaux entrant dans le cadre d’un projet ambitieux de réaménaggêment de la zone, entrepris sous l’impulsion de l’EPA Alzette-Belval.

En effet, cette opération dite « OIN » (Opération d’Intérêt National), et dont la première phase de travaux a d’ores et déjà démarré, revêt une importance capitale, avec comme enjeu majeur la création d’une « Ville Nouvelle » génératrice, à terme, de développement économique, social et environnemental de l’ensemble du secteur.

Cependant, le site de Micheville, représentant une assise foncière de plusieurs dizaines d’hectares de friches, est régulièrement confronté à de multiples problématiques et notamment environnementales.

Force est de constater que l’EPFL, sur la zone de Micheville d’une manière générale, subit régulièrement l’accumulation de dépôts de déchets « sauvages », contenant souvent d’importantes quantités de matériaux pollués (amiante, peinture, solvants etc).

Ces pratiques sont malheureusement devenues récurrentes ces dernières années et ne cessent de prendre de l’ampleur malgré les interventions conjointes et régulières de l’EPFL et du Pôle Environnement de la CCPHVA.

Nous nous permettons de vous rappeler que l’EPFL engage, chaque année, des montants conséquents pour l’évacuation et le traitement de ces dépôts. A titre indicatif, plus de 100 000€ HT ont été mobilisés par l’EPFL sur l’année 2016 dans le cadre de la gestion de ces déchets.

A ce titre, l’EPFL a récemment procédé à une nouvelle intervention de nettoyage du portail en bordure de la plateforme de Micheville, venant ainsi conforter le sentiment d’impuissance auquel nos structures sont confrontées.

Pour l’ensemble de ces raisons, toutes les parties concernées (Collectivités, pouvoirs publics, EPA/EPFL, administrés, sociétés, etc) prendront la mesure de cette contrainte et mettront en place conjointement des actions (informations et sensibilisations des administrés via de l’affichage public ou dans le bulletin municipal, pose de panneaux d’information et d’interdiction, contrôles de police renforcés aux abords des entrées, mise en place d’un dispositif de télésurveillance etc) assez rapidement, afin que cessent ces pratiques non seulement inacceptables, mais également illégales et relevant de la justice pénale.

 

Les commentaires sont fermés